J’étais chez Alimou Sow !

 

Crédit Photo : Almou Sow source album photo de facebook

Crédit Photo : Almou Sow source album photo de facebook

Le mois dernier j’ai effectué un sejour de quelques jours à Conakry. Après une journée de dur labeur avec mon cher ami Thierno Diallo – cireass -, blogueur à Mondoblog, j’ai décidé d’agrandir la série de rencontres, cette fois avec Alimou Sow également blogueur à Mondoblog et lauréat du prix de meilleur blogueur francophone en 2013 de la radio allemande Deutsche Welles.

Il s’est marié au cours de cette année, mais jusqu’ici je n’ai pas encore vu la charmante Ramatoulaye Kader, son épouse. Outre que cela, ça fait plus de 5 mois que je me suis pas vu avec lui.

Le jour de notre rencontre même, je devais retourner à Labé. Il était 11 heures. Pour respecter le rendez-vous, il me fallait bouger très tôt pour ne pas me faire avoir par
les embouteillages qui minent la capitale.

Je ne connaissais pas l’endroit où il habite. Tout ce que je savais, c’est qu’il habite à Sangoyah dans la commune de Matoto, dans la partie Sud de la banlieue de Conakry.

Dans le taxi, je lui donne  ma position et lui fait savoir que je suis presqu’arrivé. Le chauffeur était si rapide que je n’imaginais pas.

Au moment que mon frère Alimou me rappelait pour m’expliquer l’emplacement, j’étais déjà au carrefour de Sangoyah, en face de  »la pharmacie ».  Son explication était à moitié comprise.

Je longe une ruelle non bitumée jusqu’à ce que je retrouve la route asphaltée. Je m’arrête au niveau d’un carrefour et m’adresse à un passant pour  lui demander où se
trouve la supérette ? Il me répond qu’il est nouveau dans le quartier.  Il me faut à nouveau  rappeler Alimou…

Moi : «Allo ! C’est à gauche ou bien à droite ?»

Lui : «Non, tu continues à ta droite ! Je te rejoindrai d’un moment à l’autre, appelle le numéro de Madame que je t’ai donné».

Sur mon chemin j’aperçois un immeuble avec une supérette au rez-de-chaussée.

J’appelle Madame Sow au téléphone.

Moi : «Bonjour Madame ! Je suis venu pour rencontrer votre mari Alimou Sow, c’est lui qui m’a dit de vous appeler pour que je puisse l’attendre. Il  m’a dit qu’il est allé à Kipé.  Je suis en bas juste devant la superette».

Elle : «Attendez de moi, j’arrive »!

Après les sincères salutations qui resteront gravées dans ma mémoire, elle me demande de monter à l’étage. Dès mon entrée j’aperçois des journaux. L’un, Le Lynx, un hebdomadaire satirique guinéen et l’autre le magazine panafricain Jeune Afrique, dans lequel  une partie d’un  de ses billets est reprise.
Après une petite conversation avec Madame Sow, je continue à feuilleter le journal de Jeune Afrique avec lecture silencieuse. Au même moment, elle retourne dans la cuisine, d’où venait une douce odeur, pour contrôler la sauce sur le feu que j’aspire sans modération…

Elle sort, je continue ma lecture. La préparation termine avant que Monsieur Sow n’arrive. Elle me demande de prendre une part. Non, je préfère attendre le «boss». Entre temps, Alimou rentre. «Sally Bilaly, c’est comment»?, m’a lancé-t-il.

«Oui, ça va frère», ai-je répondu.

Après une petite causerie entre blogueurs, l’heure de la prière arrive.  La prière terminée, Madame Sow arrange très bien la table à manger. Au menu, du riz et de la viande.  La suite il fallait être dans le lot pour voir. L’homme mange avec concentration.

Dans mon esprit ça ne devait pas terminer.  Comme tous deux, je mangeais avec une cuillère. J’avais failli la remplacer avec ma main. Tellement que ça passait à la vitesse de la lumière.

En fin, Madame me sert une banane. C’est un agréable sejour pour moi.  À 14 heures, le rendez-vous termine. Mon frère m’accompagne un peu et sur notre  chemin on ne parle que du bloging.  Le soir j’emprunte un taxi pour retrouver la fraîcheur de Labé

5 Des réflexions sur “J’étais chez Alimou Sow !

  1. Billali, tu veux faire des jaloux? J’aurais bien aimé être là moi aussi pour juger des compétences culinaires de Mme Sow! J’espère seulement que je pourrais profiter de l’invitation chez M. Sow que tu nous a lancée, s’il n’a rien contre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*